Respire-moi, Pascale Pilloni

2respiremoi

NOTE D’INTENTION

Pour le meilleur et pour le pire, se promet-on en s’engageant dans l’amour avec l’Autre. Mais lorsque le pire survient, lorsque la maladie, puis la mort surgit au milieu de cet amour, grandit en lui comme une fleur de sang, y prenant corps, revêtant fi nalement la presque totalité de son apparence, que reste-t-il en substance de cet amour? L’amour est la troisième personne du couple. Au delà de la séparation des corps, est-il possible que l’amour survive? Et lorsque la dernière parole de l’Autre a été « Respire-moi », peut-on renoncer à cette promesse de l’amour vivant malgré tout à travers soi seul? Comment reprendre son souffl e sans trahir cette promesse ? Et ne serait-ce pas accepter finalement d’assister silencieux aux funérailles de l’amour, de déconcrétiser l’absence de l’Autre, de finir de l’anéantir et l’anéantissant de s’anéantir soi-même, de rendre à cette absence les tristes limites du réel, de l’offrir à la fantasmagorie à laquelle elle revient de fait? Mais alors comment se ressentir encore vivant, n’étant plus étreint que par l’ombre séparée de sa réalité?

Pascale Pilloni


PASCALE PILLONI

Née de parents immigrés tunisiens d’origines siciliennes-sardes, Pascale Pilloni est attirée dès la petite enfance par le jeu, le théâtre, le masque… Adolescente, elle rêve de trouver sa place dans une compagnie comme le Théâtre du Soleil. À Nice durant ses études de philosophie, elle rencontre un comédien qui finit de la convaincre « d’entrer » dans le métier. Commence alors un long voyage rempli de curiosité à travers le monde et la scène: Marseille, Grenoble, Toulouse, Mulhouse, Bruxelles, Paris, Prahia, Abidjan, Dakar… À chaque ville, des rencontres, à chaque ville de nouvelles « familles », de nouvelles formes d’expérimentation du métier de comédien. Elle travaille à Marseille avec Eva Doumbia et Anne Pleis, avec la compagnie de spectacle de rue Les Barbarins Fourchus à Grenoble, avec le collectif Quartier de nuit à Mulhouse… mais ce qui détermine le plus sa direction de travail, ce sont les rencontres amicales, entre autres, avec Joseph Nadj, Jambenoix Mollet, Laurent Letourneur et la Compagnie Anomalie, Franck Micheletti et la compagnie Kubilaï Khan Investigation, Véronique Defranoux et la compagnie Dos d’âne (dont elle fera ensuite partie), Mathurin Bolzes et la compagnie Les Mains les Pieds et la Tête Aussi, Martin Zimmermann et le collectif MZdP, Catherine Germain et la compagnie L’Entreprise. En 2006, décidant d’enrichir le champ des possibles, et passionnée par le corps, elle commence une formation de shiatsu (thérapie corporelle) et obtient son diplôme de praticienne en 2008. Parallèlement, elle se penche sur l’écriture avec la création d’une livre hors forme, et sur le design par la création d’objets décoratifs en pliage de papier.


© Pascale Pilloni

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.