Le quart d’heure, Julia Cima

j-cim
NOTE D’INTENTION

« De la foudre à la transe
Des tripes au détachement
Du geste spontané à la stratégie
Du citron sauvage au miel de lavande
Du bouquet à l’envol
De la mitraille au baiser
Du senti au sentiment
De l’universel à soi
Des mots aux maux
De la joie à la déraison
De la peur à l’oubli
D’une caresse au serrage
D’une odeur à la vérité
Du fantasme à l’imprudence
Du tout à presque rien
De jamais à maintenant
De toujours à l’éternel
De l’amour à l’amour, le beau, le minable, le grand, le déraisonnable, l’infini

Durant six jours, nous exploiterons la forme solo comme un puit sans fond, pour révéler des états de corps amoureux au passé, au présent, au futur. »

Julia Cima


JULIA CIMA

Née en 1975, Julia Cima est diplômée du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Elle est interprète auprès d’Odile Duboc pour Trois boléros, puis accompagne durant onze ans le travail de Boris Charmatz : Aatt enen tionon, Herses (une lente introduction), Con Forts Fleuve, héâtre-élévision, Régi et Quintet cercle. Au sein de l’Association Edna, dirigée par Boris Charmatz, Julia Cima participe à une série d’évènements performatifs : Confrontations, Education, Statuts. Elle commence alors un travail d’improvisation dans des endroits et des contextes très variés. En parallèle de cette longue collaboration, elle travaille avec Gilles Touyard (Programme court avec essorage), Myriam Gourfink (Uberengelheit), Alain Michard (Virvoucher), Benoît Lachambre (Tracer), Elisabeth Schwartz (Les plis du temps) et Laure Bonicel (Le bleu est à la mode cette année / Panoplie). Elle anime également une série d’ateliers pour danseurs amateurs durant deux ans. En 2005, elle crée Visitations, spectacle constitué de solos découverts pour la plupart dans les archives de la Cinémathèque de la Danse à Paris, qu’elle choisit et interprète seule. Elle tourne ce spectacle en France et à l’étranger jusqu’en 2008. Elle entame alors un travail plus personnel, axé prioritairement sur l’interprétation. L’auteur et metteur-en-scène Gildas Milin l’engage comme comédienne pour sa pièce Machine sans cible. Cette rencontre l’encourage à travailler dans plusieurs domaines de l’interprétation : danse, théâtre, chant. Dans la continuité de ce travail de comédienne, elle crée avec Denis Lavant Brut de lettres, pour le Sujet à Vif 2008, dans le cadre du Festival d’Avignon. Guy Walter, directeur des Subsistances à Lyon, lui commande pour le festival ça valse! (oct 2008), une courte pièce sur des valses viennoises célèbres. Cette proposition, appelée Je suis enchantée, en duo avec le comédien Marc Arnaud et la participation de l’auteur Olivia Rosenthal, mêle un travail de texte et de corps. Julia Cima entame une collaboration avec Mathilde Monnier en 2008 (reprise de rôle pour 2008 Vallée et Tempo 76, puis création de Pavlova 3’23) tout en poursuivant son travail personnel : Danse Hors-Cadre (2009), POEM (2010). Elle enseigne depuis 2010 le travail du corps au élèves de l’école du Théâtre National de Bretagne, dirigée par Stanislas Nordey. Julia Cima crée son association IMA & Co en 2012 et l’implante en Bretagne. Dans cette perspective de développement créatif, elle sera associée au Triangle, à Rennes et crée sa pièce RINGS dans le cadre du festival «Mettre en scène» en novembre 2012.

Collaboration artistique et son : Cécile Tonizzo. Diplômée en coopération artistique internationale, Cécile Tonizzo s’est formée aux arts plastiques et aux arts du spectacle. Entre 2006 et 2012, elle participe aux projets de différents chorégraphes et metteurs en scène dont Boris Charmatz, Philippe Quesne, Ludovic Lagarde, Mickael Phelippeau. En 2010, elle co-signe, avec Enora Rivière, le projet Registre(s), une installation sonore et chorégraphique. Leur collaboration se poursuit actuellement sur la pièce et le livre Ob/Scène. Avec Julia Cima, elle collabore à la réalisation du projet Sang Froid ainsi qu’à l’écriture d’une Miniature dans le cadre du projet porté par L’Officina. Elle s’intéresse particulièrement aux arts sonores et à la présence des arts plastiques dans les arts de la scène.

Dramaturgie : Youness Anzane. Youness Anzane est dramaturge et conseiller artistique pour le théâtre et la danse. Il travaille avec les metteurs en scène Jean Jourdheuil, Thomas Ferrand, Victor Gauthier-Martin, Thomas Gonzalez, David Gauchard, Stéphane Ghislain Roussel, ainsi qu’avec les chorégraphes Jonah Bokaer, Christophe Haleb, Julia Cima, Maud Le Pladec. Il est dramaturge associé au Festival d’Aix pour son édition de 2012. Par ailleurs Youness Anzane s’intéresse aux pratiques culturelles – organisation, production, relations publiques, solidarités de réseaux – et fonde en 1996 Naxos Bobine, lieu d’échanges et de recherches artistiques à Paris. Il est, dans une logique similaire, et depuis 2006, à l’initiative de la plate-forme de performances IL FAUT BRULER POUR BRILLER. Jean-Marc Adolphe, directeur de la revue Mouvement, lui propose de le rejoindre en 2010 à la co-organisation de la 5eme édition du SKITe, à Caen.


Musique : Salomé de Richard Strauss, Skeletal de Jay-Jay Johanson, Corporate Cannibal de Grace Jones et Campo di Fiori de l’Epicier. Accueillie en résidence à Marseille par L’Officina du 1er au 6 avril 2013. Étape de présentation finale du programme Miniatures Ramallah les 19 et 20 avril 2013 au Ramallah Contemporary Dance Festival. Le programme Miniatures Ramallah est porté par L’Officina en partenariat avec Sareyyet Ramallah – First Ramallah Group et Marseille-Provence 2013, Capitale européenne de la culture et avec le soutien de la Convention Institut françaisVille de Marseille, de la Direction des relations internationales du Conseil général des Bouches-du-Rhône et de Mécènes du Sud – projet lauréat 2013.

© Freddy Peretti

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.