Hussein, Omar Abi Azar

2hussein

NOTE D’INTENTION

« ll faut être amoureux pour écrire une histoire ou un texte . C’est le seul moyen d’accorder une importance démesurée et obsessionnelle aux fils invisibles qui relient entre eux les éléments du monde visible et qui n’ont rationnellement aucun lien avec ce qui apparaîtra de l’oeuvre. Seul un amoureux voit des choses invisibles et établit des associations d’idées ridicules aux yeux des autres, mémorise des chiffres inutiles et garde précieusement près de lui des séquences de lettres incompréhensibles parce qu’en raison d’une série infinie d’associations d’idées, elles renvoient au bout du compte à son objet de désir. « Le suicidaire qui affirme son désir de « partir ailleurs » pose malgré lui l’idée qu’il y a « un ailleurs » à la vie , c’est-à dire un lieu au-delà de la vie; De telles habitudes de pensée imprègnent même la plus rigoureuse des consciences matérialistes. « Je préférerais que tu sois mort »… Je pourrais alors affirmer catégoriquement que nul autre ne peut te posséder, que notre amour était éternel (qu’il n’a pas été modifié par qui que ce soit), ma solitude serait empreinte d’une dignité qu’elle ne pourrait jamais avoir si j’avais simplement été abandonné… » (Howard Barker, La mort, l’unique et l’art du Théâtre) »

Omar Abi Azar


OMAR ABI AZAR

Omar Abi Azar est né en 1983. Après quatre ans d’étude du théâtre à la Lebanese University, il développe un intérêt pour la tragédie et ses formes contemporaines. Cet intérêt le conduit à travailler avec la compagnie Du Zieu dans Les Bleus, autour de la forme tragique expérimentale. En 2006, il devient membre fondateur de Zoukak et continue à conduire ses recherches sur les formes contemporaines de la tragédie et les questions que celles-ci soulèvent au Liban.


Accueilli en résidence à Marseille par L’Officina du 21 au 28 novembre 2011. Étape de présentation finale du programme Miniatures Beyrouth les 16 et 17 mai 2012 à Beyrouth, dans la librairie Aleph Bey et dans plusieurs appartements du quartier Furn el Chebbak. Le programme Miniatures Beyrouth est porté par L’Officina en partenariat avec Zoukak – Theatre and cultural association, Marseille-Provence 2013, Capitale européenne de la culture et La Caldera – centre de creació de dansa i arts escèniques. Il reçoit le soutien en France du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur – Direction des relations internationales, du Conseil général des Bouches-du-Rhône – Direction des relations internationales et l’aide de la Convention Institut françaisVille de Marseille ; en Espagne de l’Institut Ramon Lull et au Liban de l’Institut français.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.