A charming lover – Miniature : to be an object of the world, Cristina Rizzo

mc-riz
NOTE D’INTENTION

« Il y a la grâce de la main.
Chaque phalange accomplit un millier de solutions différentes, flexions, torsions, courbes indéfinies, mouvements imperceptibles. C’est un jeu d’agripper ou saisir quelqu’un ou quelque chose sans le posséder.
Il y a la grâce du mouvement perpétuel.
Une disposition kinesthétique de l’intérieur vers l’extérieur et de l’extérieur vers l’intérieur, sans effort ou contraction.
Il y a la grâce de la latence qui coagule dans un espace minimum.
Il y a la grâce de l’ennui dans une forme.
Comme l’ostension maximale.
Il y a la grâce de quelques papillons qui peuvent mimer des feuilles mortes.
Et il y a la grâce de quelques oiseaux qui peuvent se tenir à une esthétique de la trille.
La, la-la, la-la, la-la, cet homme charmant… Oooh, cet homme charmant…! »

Cristina Rizzo


CRISTINA RIZZO

Danseuse, interprète, chorégraphe basée à Florence, Maria-Cristina Rizzo est l’une des figures emblématiques dans le champ de la recherche chorégraphique en Italie. Elle se forme à New York, où elle obtient son diplôme à la Martha Graham of Contemporary Danse de New York, et suit les masterclass de Merce Cunningham et Trisha Brown. Elle a collaboré avec diverses plates-formes artistiques telles que Teatro Valdoca, Aldes, Stoa / Claudia Castellucci, MK, Virgilio Sieni Danza, Santasangre.
Co-fondatrice de la compagnie Kinkaleri, elle partage la création et la planification de toutes leurs productions de 1995 à 2007. En 2001, elle devient un membre actif du groupe de recherche Open, avec qui elle crée Waudeville pour le festival F.I.S.Co.10. En tant que chorégraphe invitée du Balletto di Toscana Junior, elle a créé Variazione N º (2007), et Le Sacre du Printemps d’Igor Stravinsky (2008). Depuis 2008, elle a entrepris une carrière solo et se tourne vers la chorégraphie expérimentale, poursuivant ainsi ses propres recherches corporelles et initiant le projet chorégraphique Dance N. 3(2009), avec des échanges sur l’écriture du corps avec les chorégraphes Eszter Salamon, Michele Di Stefano et Matteo Levaggi, la performance Ahah (2010), la performance/conférence Ex/Porno (2010), le solo de danse Invisible piece (2011) et Voice over (créé en collaboration avec Eszter Salamon). Ses productions récentes : un duo avec un chien Micro-dances with a trained dog (2011), le projet sur la grâce Loveeee avec la théoricienne Lucia Amara + la production de l’ebook Loveeee journal pour l’édition 2012 du festival Live Arts Week, le projet de streaming web Hotel dance room international 2 pour l’édition 2012 du festival DanzaUrbana de Bologne, le duo danse/théâtre No tengo dinero or the unpredictable technology of my mind, l’installation vidéo 6 produite par Digitalife – Roma Europa Festival 12. En 2011, elle participe au projet Critical Cab (F.I.S.Co.11) et Instruction Series III/Orang Orang (DNA- Roma Europa Festival 11). Elle travaille actuellement à The rite of spring fear and loathing in Las Vegas (version solo) et sur une nouvelle création commandée par Ater Balletto.


Accueillie en résidence à Marseille par L’Officina du 25 au 31 mars 2013. Étape de présentation finale du programme Miniatures Ramallah les 19 et 20 avril 2013 au Ramallah Contemporary Dance Festival. Le programme Miniatures Ramallah est porté par L’Officina en partenariat avec Sareyyet Ramallah – First Ramallah Group et Marseille-Provence 2013, Capitale européenne de la culture et avec le soutien de la Convention Institut françaisVille de Marseille, de la Direction des relations internationales du Conseil général des Bouches-du-Rhône et de Mécènes du Sud – Projet lauréat 2013.

© Freddy Peretti

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.